À l’Assemblée Nationale comme au Sénat, le public présent en hémicycle doit s’abstenir de toute manifestation de désaccord comme de soutien, non pas que l’avis de leurs concitoyens importe peu aux parlementaires mais parce qu’en démocratie, nous ne légiférons pas sous la menace.

Depuis le vote au Sénat, le 29 octobre 2019, d’une loi interdisant le port de signes religieux lors de sorties scolaires, nombreux sont les sénateurs qui, comme Anne-Marie Bertrand, ont reçu des mails menaçants.

Condamnez-vous ces méthodes? Vos services suivent-ils avec attention ces agissements? C’était le sens de la question, posée le 6 novembre 2019, au Ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.

 

Notre Département

Les Bouches-du-Rhône

 

Notre département naît le ‎4 mars 1790 suite à la révolution française, comme l'ensemble des 43 départements.

 

Les Bouches-du-Rhône font partie de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et sont frontalières les départements du Gard, de Vaucluse et du Var.

 

Avec 2 006 069 habitants, il est le troisième département le plus peuplé de France.

 

Les Bucco-rhodaniennes et les Bucco-rhodaniens répartis dans nos  119 communes  sont regroupées en quatre intercommunalités dont la Métropole d'Aix-Marseille-Provence qui regroupe à elle seule 93 communes,  soit 93 % de la population du département, la Communauté d’Agglomération d’Arles-Crau-Camargue- Montagnette avec 85 066 habitants,  Terre de Provence avec ses 58 262 habitants et la Vallée des Baux – Alpilles avec 27 97 habitants.

 

La densité des Bouches-du-Rhône est très élevée, trois fois et demie supérieure à la moyenne nationale : soit 393,2 habitants par km² pour une superficie de 5 087,5 km².

 

On comprend aisément à quel défi journalier nous sommes confrontés pour conserver à notre département son aura économique tout en préservant la qualité de vie de nos concitoyens.

 

Les Bouches-du-Rhône sont un remarquable mélange de vestiges historiques, de trésors naturels et de traditions provençales.

 

Si notre département est très urbanisé, l’agriculture y est néanmoins très importante avec ses 4900 exploitations répartis sur 30% de la surface du territoire et qui représentent 18 000 emplois directs. Nous sommes alors le premier département producteur de fruits et légumes.

 

Situé à un carrefour de flux logistiques majeurs, le Marché d’Intérêt National (MIN) de Châteaurenard, qui devient le «MIN de Provence», sert d'ailleurs de référence pour les prix fixés partout en France, ce qui lui vaut d'être aussi appelé le "Rungis de Provence".

Les Bouches-du-Rhône abritent également Aix-Marseille Université, la plus grande de France et la plus grande université francophone au monde en nombre d'étudiants, cette dernière est d'ailleurs classée parmi les 200 premières universités mondiales.

 

Le Sénat

Le Sénat est composé de 348 sénateurs élus au suffrage indirect par près de 162 000 grands électeurs (élus municipaux mais aussi départementaux et régionaux). Leur circonscription est l'ensemble du Département et assurent la représentation des collectivités territoriales de la République. 

 

L’âge minimum requis pour se présenter aux élections sénatoriales est de 24 ans. Le mandat est d’une durée de 6 ans et le Sénat est renouvelé par moitié tous les 3 ans.

 

Les sénateurs examinent les projets de loi que le Gouvernement leur soumet ou déposent des propositions de loi. Ils exercent également leur droit d’amendement où ils modifient les textes de loi en séance ou bien en commission.

Il existe 8 commissions permanentes sectoriellement compétentes. Anne-Marie Bertrand est ainsi membre de la Commission des Affaires Économiques. Tout projet ou toute proposition de loi est transmis à une de ces commissions chargées de l’étudier et de proposer des modifications. C’est ensuite le texte issu des travaux de la commission qui sera discuté en séance publique.

 

Les différentes Commissions permanentes sont: la Commission des affaires économiques, la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, la Commission des affaires sociales, la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication, la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable, la Commission des finances, la Commission des lois et la Commission des affaires européennes.                                                                                                                      

En séance publique, en hémicycle, les sénateurs débattent et votent. Ils prennent position sur les grandes orientations de chaque texte puis l’examinent en détail, article par article. 

Pour qu’un projet ou une proposition de loi devienne applicable, il faut que le texte soit voté dans des termes identiques par l’Assemblée Nationale et le Sénat. Cette « navette » peut durer plus ou moins longtemps, en cas de désaccord entre les deux assemblées et après deux lectures par chacune d’elle, la réunion d'une Commission Mixte Paritaire chargée de proposer un texte sur les dispositions restant en discussion se réunie. Cette dernière regroupe 7 sénateurs et 7 députés.

 

Le nouveau texte est soumis aux deux assemblées successivement. Si elles le votent, ce texte devient loi.  En revanche, si la Commission Mixte Paritaire ne parvient pas à établir un texte commun ou si le texte commun n’est pas approuvé par l’une des deux assemblées, la navette reprend. Le gouvernement, pour y mettre fin, demande alors à l’Assemblée Nationale de statuer en dernier ressort.

 

Aussi, le Sénat contrôle également l’action du Gouvernement et évalue les politiques publiques. Ce contrôle s’exerce en séance publique et par le travail des Commissions et des Délégations. Il prend aussi la forme de questions, Commissions d’enquête, Mission d’information et Auditions.

 

Les outils au service de ce contrôle :

 

  • Un sénateur peut adresser des questions écrites à chaque ministre;

  • Chaque semaine, les sénateurs interrogent oralement les ministres;

  • Les Missions d’information sont des instruments auxquels les Commissions recourent pour étudier un sujet relevant de leur champ de compétence et afin de préparer en toute connaissance de cause l’examen d’une loi;

  • Les Délégations sont quant à elles chargées de suivre l’actualité d’un secteur particulier ( collectivités locales et décentralisation, prospective et entreprise, l’égalité femmes/hommes...);

  • Les Commissions d’enquête permettent d’étudier un sujet particulier de manière approfondie et de proposer des réformes. Elles illustrent une volonté du Sénat de se saisir d’un problème significatif et relativement grave.

 
 

Biographie

Anne-Marie Bertrand, née Ayme, grandit à Graveson dans une famille d’agriculteurs, termine ses études secondaires à Avignon puis fonde une famille à Rognonas où elle vit.

 

Exploitante agricole, mère de 3 enfants, elle s’intéresse très tôt au monde associatif et s’investit avec conviction au sein de la Section Féminine Agricole.

 

Élue communale à Rognonas en 1983, pendant 18 ans, elle assume d’abord la responsabilité d’adjointe aux affaires sociales, puis pendant 13 ans celle de premier magistrat.

 

Très présente, elle est un maire très attentif aux difficultés que rencontrent le commerce de proximité mais pas seulement.

 

À l’écoute des jeunes mamans, elle crée dès 1987 la première crèche halte-garderie du canton, puis toujours pour les enfants « Le Resto de mon Ecole » et son self-service. Plus tard, elle sera également à l’origine de la résidence inter-générations « La Calade » inaugurée en 2002.

 

Soucieuse de créer des emplois, elle lance en 1988 le projet de la zone d’activités « La Horsière » qui offre aujourd’hui du travail à plus de 500 personnes.

 

En 1996, elle est élue, à l’unanimité, première présidente de la Communauté de Communes « Rhône Alpilles Durance » qu’elle avait largement contribué à mettre en place, cette dernière était d'ailleurs la première intercommunalité du Département. Elle engage ainsi une nouvelle dynamique porteur de développement.

 

Le 5 mai 1997, Anne-Marie Bertrand, maire de Rognonas, reçoit la Croix de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite. Cette distinction lui est remise par Jean-Claude Gaudin alors Ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Ville qui souligne: « ce ruban bleu traduit la reconnaissance de qualités rares, de compétences avérées et d’une personnalité affirmée ».

 

Durant ses mandats successifs, elle aménage et crée salles, stades et fait renaître la Maison des Jeunes et de la Culture, le carnaval reprend du service et rassemble le village. C’est également l’époque des « 100 Km de Rognonas », épreuve pédestre qui durant de nombreuses années porte haut en France et en Europe les couleurs de cette cité.

 

Dans la commune, animations et culture ne sont pas en reste. S’y produisent tour à tour : les ballets Roland Petit, l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée, Charles Dumont (parolier d’Edith Piaf), Louis Nucéra, Yvan Audouard, Yves Berger, la Compagnie Franval, celle de César Choisy. C’est dans cette période de foisonnement culturel qu’Anne-Marie Bertrand met à l’honneur la musique et l’Harmonie Rognonaise en favorisant la création du Festival des Harmonies qui connaît très vite un succès international de 1994 à 2002.

 

Instigatrice des « Festivités de l’An 2000 », elle fédère associations et bonnes volontés du village pour qu’ensemble elles réalisent les 18 évènements marquants qui ont ponctué la célébration du nouveau « Millénaire », dont le Marché de Noël, l’illumination du clocher et la réalisation d’un trompe l’œil place du galoubet.

 

En 2001, elle met fin à ses mandats de maire et de présidente de la Communauté de Communes pour se présenter aux élections cantonales. Elle est élue Conseillère Générale du canton de Châteaurenard à une très forte majorité, ce qui conforte son goût de l’action et rend hommage à sa capacité d’écoute.

 

Elle se consacre entièrement à ses nouvelles responsabilités et partage son temps entre son « travail de terrain » et l’Hôtel du Département à Marseille, dont l’hémicycle compte seulement 7 femmes élues Conseillers Généraux sur 57 sièges. Ses permanences dans chaque commune du canton lui permettent ainsi de rencontrer et de nouer un véritable dialogue avec leurs habitants.

 

Elle participe avec assiduité à la Commission Permanente dont elle est membre, elle agira avec opiniâtreté sur les dossiers des deux gendarmeries qui sont maintenant opérationnelles à Châteaurenard et à Graveson.

 

Elle s’investit avec la même volonté pour la rénovation du Collège Roquecoquille, la création d’un nouveau collège sur le canton et celle d’un lycée à Châteaurenard.

 

Elle s’engage résolument pour l’aide aux communes et à l’agriculture qui occupe une place importante.

 

Élue de proximité, ancrée dans son territoire, elle vit son engagement public comme une formidable aventure humaine dont le moteur est la volonté de servir.

 

Femme engagée, élue première femme maire de Rognonas (parmi les 5% de femmes maire en France en 1988), fondatrice de la Communauté de Communes Rhône, Alpilles, Durance, première femme Conseillère Générale du canton de Châteaurenard, elle n’a eu de cesse dans son engagement d’améliorer la place des femmes dans la société (petite-enfance, culture, égalité des droits, agriculture).

 

Dans ce prolongement et à son initiative, le 3 février 2007 à Eyragues, 200 femmes répondent à son invitation pour débattre de « l’engagement au féminin dans la vie locale ». Elles échangeront sur leurs responsabilités dans la vie publique et leurs motivations. « L’engagement est un acte citoyen, un don de soi. Personne ne peut le faire à votre place : il faut oser !! » conclura Anne-Marie Bertrand.

 

Le 16 mai 2003 sur décision de Jacques Chirac, Président de la République, Jean-Claude Gaudin, Ancien Ministre, Vice-président du Sénat et maire de Marseille, élève Madame Anne-Marie Bertrand au grade de Chevalier de l’Ordre de la Légion d’Honneur. Distinction qui récompense sa disponibilité mais aussi et surtout son dévouement. En 2008, elle est réélue Conseillère Générale dès le premier tour de scrutin.

 

Véritable porte-parole de la ruralité au sein du Groupe « L'Avenir du 13 » du Conseil Général, elle se spécialise notamment dans les dossiers relatifs à l'agriculture, à la solidarité et aux transports.

 

Le 5 décembre 2011, Jean- Claude Gaudin et Claude Greff, Secrétaire d’État à la famille, l'élèveront au Grade d' Officier de la Légion d'Honneur.

 

En septembre 2014, elle est en 4 ème place sur la liste menée par Jean-Claude Gaudin aux élections sénatoriales et en mars 2015, elle prend la décision de ne pas se représenter au Conseil Général.

 

Elle tourne une page mais le livre reste bel et bien ouvert.

 

Présidente de l'association « Agir Ensemble », elle continue son engagement auprès des femmes, de la culture et la solidarité dans un travail de proximité.

 

Le 23 septembre 2017, Anne-Marie Bertrand succède à Jean-Claude Gaudin et devient sénateur des Bouches-du-Rhône où elle siège à la Commission des affaires économiques mais aussi à la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances. Enfin, Anne-Marie Bertrand est membre titulaire de l' Observatoire des Espaces Naturels, Agricoles et Forestiers, du Groupe de solidarité "Chrétiens d'Orient" et des Groupes d'amitié France-Monaco, France-Australie.

Le 27 janvier 2018, Anne-Marie Bertrand est nommée membre du bureau politique de son parti, Les Républicains.

 

© 2023 par Jade & Gabi. Créé avec Wix.com

NOUS CONTACTER